Marx : « L’abeille et l’architecte »

Posted by Après Cours | février 5, 2015 0

Une araignée fait des opérations qui ressemblent à celles du tisserand, et l’abeille confond par la structure de ses cellules de cire l’habileté de plus d’un architecte. Mais ce qui distingue dès l’abord le plus mauvais architecte de l’abeille la plus experte, c’est qu’il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche. Le résultat auquel le travail aboutit préexiste idéalement dans l’imagination du travailleur. Ce n’est pas qu’il opère seulement un changement de forme dans les matières naturelles; il y réalise du même coup son propre but, dont il a conscience, qui détermine comme loi son mode d’action, et auquel il doit subordonner sa volonté. Et cette subordination n’est pas momentanée. L’œuvre exige pendant toute sa durée, outre l’effort des organes qui agissent, une attention soutenue, laquelle ne peut elle-même résulter que d’une tension constante de la volonté. Elle l’exige d’autant plus que par son objet et son mode d’exécution, le travail entraîne moins le travailleur, qu’il se fait moins sentir à lui, comme le libre jeu de ses forces corporelles et intellectuelles; en un mot, qu’il est moins attrayant.

MARX, K., Le Capital, Livre I chap. 7 (1867)

Laisser une réponse

Autres articles sur ce thème : Textes

Rousseau : les termes du contrat social

Posté le Fév 7, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Marx : la critique des droits de l’homme

Posté le Fév 7, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Rousseau : « la force ne fait pas droit »

Posté le Fév 7, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Platon : il n’y a pas de tyran heureux

Posté le Jan 25, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Pascal : « Tous les hommes recherchent d’être heureux »

Posté le Jan 24, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Epictète : la sagesse stoïcienne

Posté le Fév 5, 2015 dans Textes | Pas de réponses