Alain : « Penser, c’est dire non »

Posted by Après Cours | février 5, 2015 0

« Penser, c’est dire non. Remarquez que le signe du oui est d’un homme qui s’endort; au contraire le réveil secoue la tête et dit non. Non à quoi’! Au monde, au tyran, au prêcheur? Ce n’est que l’apparence. En tous ces cas-là, c’est à elle-même que la pensée dit non. Elle rompt l’heureux acquiescement. Elle se sépare d’elle-même. Elle combat contre elle-même. Il n’y a pas au monde d’autre combat. Ce qui fait que le monde me trompe par ses perspectives, ses brouillards, ses chocs détournés, c’est que je consens, c’est que je ne cherche pas autre chose. Et ce qui fait que le tyran est maître de moi, c’est que je respecte au lieu d’examiner. Même une doctrine vraie, elle tombe au faux par cette somnolence. C’est par croire que les hommes sont esclaves. Réfléchir, c’est nier ce que l’on croit. Qui croit ne sait même plus ce qu’il croit. Qui se contente de sa pensée ne pense plus rien ».

ALAIN Propos sur les pouvoirs (1925), § 139

Laisser une réponse

Autres articles sur ce thème : Textes

Rousseau : les termes du contrat social

Posté le Fév 7, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Marx : la critique des droits de l’homme

Posté le Fév 7, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Rousseau : « la force ne fait pas droit »

Posté le Fév 7, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Platon : il n’y a pas de tyran heureux

Posté le Jan 25, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Pascal : « Tous les hommes recherchent d’être heureux »

Posté le Jan 24, 2016 dans Textes | Pas de réponses

Epictète : la sagesse stoïcienne

Posté le Fév 5, 2015 dans Textes | Pas de réponses